Arthrose des doigts

Qu'est-ce que l'arthrose des doigts ?


L'arthrose est définie par la destruction du cartilage articulaire. Elle peut être primitive (le plus souvent héréditaire, à prédominance féminine) ou secondaire (post-traumatique le plus souvent). Il faut la différencier de l'arthrite qui est une atteinte articulaire secondaire à une pathologie inflammatoire (polyarthrite rhumatoïde, rhumatisme psoriasique...) ou infectieuse.

Quelles sont les articulations qui composent les doigts de la main ?


Les doigts longs de la main présentent trois articulations :

  • l'articulation métacarpo-phalangienne : articulation entre le métacarpe et la première phalange

  • l'articulation inter-phalangienne proximale : articulation entre la première et la deuxième phalange

  • l'articulation inter-phalangienne distale : articulation entre la deuxième et la troisième phalange Chaque versant articulaire est composé d'un squelette osseux recouvert de cartilage susceptible d'être atteint par l'arthrose.

Quels sont les symptômes de l'arthrose des doigts ?


L'apparition de l'arthrose digitale est le plus souvent insidieuse et peut concerner une ou plusieurs articulations de la main (Figure 2).

Dans certains cas, le patient peut avoir une crise douloureuse aiguë en rapport avec une poussée inflammatoire d'arthrose.

Les principaux signes cliniques faisant évoquer l'arthrose sont :

  • la douleur articulaire : liée à la destruction du cartilage articulaire.

  • le gonflement de l'articulation : lié à un gonflement de la synoviale et à la production excessive de liquide articulaire.

  • l'apparition de nodules : il s'agit de formations arrondies, dures et inesthétiques secondaires à des becs osseux (ostéophytes) articulaires. On distingue deux variétés de nodules : les nodules d'Heberden au niveau de l'articulation inter-phalangienne distale et les nodules de Bouchard au niveau de l'articulation inter-phalangienne proximale.

  • la désaxation progressive de l'articulation : en rapport avec une destruction asymétrique de l'articulation, responsable de la déviation du doigt.

  • la perte de mobilité articulaire : elle est secondaire à la destruction de l'articulation. Elle peut concerner la flexion et/ou l'extension du doigt.

Quels sont les examens qui confirment le diagnostic d'arthrose des doigts ?


De simples clichés radiographiques permettent de faire le diagnostic d'arthrose (Figure 3).

Les principales anomalies retrouvées sont :

  • pincement de l'interligne articulaire : le liseré noir entre les deux phalanges, correspondant au cartilage articulaire, est plus fin que sur une articulation normale témoignant de la destruction du cartilage articulaire

  • géodes : il s'agit de petites cavités qui se forment au niveau des phalanges, suite à une augmentation de la pression au niveau de l'interligne articulaire.

  • condensation de l'os sous-chondral : apparition d'un liseré blanc en regard de l'interligne articulaire.

  • ostéophytes : correspondent à des petits becs osseux.

  • désaxation articulaire : en rapport avec une destruction asymétrique de l'articulation.

A noter qu'il n'existe pas de corrélation anatomo-clinique en cas d'arthrose : un patient qui présente une très importante arthrose sur les clichés radiographiques peut être très peu symptomatique.

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux préconisés pour l'arthrose des doigts ?


L'arthrose digitale peut avoir de multiples manifestations cliniques allant d'une simple raideur articulaire peu douloureuse à une articulation fortement déviée, douloureuse et raide. Le traitement chirurgical doit donc être adapté à chaque patient (chirurgie « à la carte »).

Médical :

Le traitement médical est indiqué dans les formes peu sévères d'arthrose. Ce traitement comporte :

  • les antalgiques

  • les anti-inflammatoires non stéroïdiens : à utiliser sur une courte durée en raison de nombreux effets secondaires (ulcère gastrique, insuffisance rénale...)

  • attelle : en cas de crises douloureuses, à mettre la nuit.

  • injection articulaire de corticoïde : le plus souvent d'efficacité temporaire

  • injection articulaire d'acide hyaluronique : son efficacité n'a pas été démontrée dans les petites articulations de la main

Chirurgical :

Le traitement chirurgical est indiqué en cas d'échec du traitement médical et/ou d'emblée dans les formes sévères d'arthrose.

L'intervention est le plus souvent réalisée sous anesthésie locorégionale (le bras est uniquement endormi) et en ambulatoire (pas d'hospitalisation).

Plusieurs traitements sont envisageables en fonction de la gêne et de la localisation de l'arthrose :

  • débridement ou « nettoyage » de l'articulation permet de retirer les nodules (Heberden ou Bouchard) et un éventuel kyste mucoïde associé.

  • prothèse : permet de maintenir une mobilité articulaire sans douleur. Il existe plusieurs types de prothèse sur le marché. Elles sont le plus souvent mises en place en cas d'arthrose de l'articulation inter-phalangienne proximale ou métacarpo-phalangienne. Le choix du type de prothèse étant fait en fonction des habitudes du chirurgien.

  • Les prothèses en silicone ou de « Swanson » : il s'agit des plus anciennes prothèses de doigt (Figures 4 et 5). Elles présentent néanmoins quelques inconvénients : rupture de la charnière de la prothèse (nécessitant le remplacement complet de la prothèse) et réaction osseuse à la prothèse appelée « siliconite » responsable d'une destruction osseuse (lyse osseuse avec formation de kystes).

  • Les prothèses métalliques à glissement ou à charnière. Il s'agit de prothèses miniaturisées qui fonctionnent selon le même principe que les prothèses de genou. Quel que soit le type de prothèse utilisé, il est demandé au patient d'économiser sa main pour ne pas mettre en danger la longévité de sa prothèse. Une surveillance régulière clinique et radiologique est le plus souvent préconisée.

  • arthrodèse : consiste à bloquer définitivement l'articulation. Le cartilage résiduel est retiré et l'articulation est ensuite bloqué par des vis ou des broches. Il s'agit du traitement de choix en cas d'arthrose inter-phalangienne distale douloureuse.

Quelles sont les complications possibles après une opération chirurgicale pour de l'arthrose des doigts ?


Il n'existe pas d'intervention chirurgicale sans risque de complications secondaires. Les complications peuvent être classées en deux catégories :

Complications non spécifiques :

  • Infection du site opératoire pouvant nécessiter une intervention de nettoyage associée à la prise d'antibiotiques

  • Hématome pouvant nécessiter une évacuation en cas de menace cutanée ou compression nerveuse

  • Algodystrophie. Son apparition est indépendante du type de chirurgie. Elle évolue en deux phases : phase chaude (main gonflée, douloureuse avec transpiration) puis froide (prédominance de la raideur). L'évolution est le plus souvent longue (12-18 mois) et des séquelles sont possibles (douleur et/ou raideur des articulations des doigts et/ou poignet et/ou épaule)

  • Accidents liés à l'anesthésie

Complications spécifiques :

  • Raideur et/ou douleur séquellaire : fréquente en cas d'opération de débridement ou de « nettoyage » de l'articulation, liée à la progression de l'arthrose. Ces symptômes peuvent également se manifester après la mise en place d'une prothèse articulaire, justifiant la réalisation de séances de rééducation.

  • Rupture de la charnière : en cas de prothèse en silicone ou de prothèse métallique à charnière. En cas de rupture de prothèse en silicone, le remplacement de la prothèse n'est indiqué qu'en cas de gêne fonctionnelle majeure (douleur, flexion/extension du doigt impossible, déviation du doigt...)

  • Luxation de la prothèse : en cas de prothèse métallique à glissement. Elle nécessite le plus souvent une reprise chirurgicale.

  • Réaction à la prothèse : siliconite en cas de prothèse en silicone, métallose en cas de prothèse en métal. Il s'agit de la réaction du corps humain à la prothèse, nécessitant le plus souvent une reprise chirurgicale.

  • Échec d'arthrodèse (pseudarthrodèse) : absence de consolidation osseuse nécessitant le plus souvent une chirurgie de reprise avec une éventuelle greffe osseuse.

Plus de chirurgie de la main

Contactez-nous

Espace Médical Vauban

2a Avenue de Ségur, 75007 Paris

Tél: 01.53.59.88.00

Clinique du sport

36 Boulevard Saint-Marcel, 75005 Paris

Tél: 01.86.86.75.05

Clinique de Montgardé - SOS Main Aubergenville

32 rue de Montgardé, 78410 Aubergenville

Tél: 01.30.95.12.20

© Dr Amir Ghazanfari 2021

---

Produit par The Missing One